05 NOVEMBRE 2010…épisode 2


Résumé de l’épisode précédent ICI

 

Pis un brancardier arrive et me dit qu’il m’emmène à l’étage.

Oui, mais y’a quoi à l’étage ????

 

– vous avez des effets personnels ? de l’argent, des objets de valeur ?

– pssst, vous avez cru que j’étais Comtesse ! Non, juste ma carte de crédit et mes papiers. Pis ma paire de baskets et ce que je portais en arrivant.

– ok ok.

On discute de tout de rien, je lui demande depuis quelle heure il bosse.

– 7h30 (il est 20h30)

– eh beh ça vous fait de longues journées !

– je ne me plains pas j’ai des coupures dans la journée, j’habite pas très loin et je peux rentrer chez moi. Pis en tant que brancardier de bloc, je vois plus de choses que mes collègues, j’emmène les patie…

– DE BLOC ?? Parce qu’on va au bloc là ? Pourquoi faire ?

– bah vous opérer ! (et il sourit comme si de rien n’était)

– m’opérer, mais je ne me suis jamais faites opérer, opérer de quoi ?

– bah vous n’êtes pas là pour une appendicite ?

– gna ???? bah j’en sais rien, on ne m’a rien dit, on m’a parlé seulement de mauvais résultat au niveau des globules blancs.

– oui bah c’est ça, signe d’infection. Bon en même temps vu la forme que vous avez j’ai du mal à croire que vous allez être opérée dans quelques minutes d’une appendicite !

– dans quelques minutes ??? c’est une blague ! J’ai cru que vous m’emmeniez dans ma chambre et que je restais cette nuit en observation !

– bah non, le chirurgien est prêt, l’anesthésiste vous attend (et il sourit encore, hyper sympa ce brancardier !)

Il m’amène alors dans ma future chambre où je rencontre ma coloc’, une ptite mémère. Vite fait je vous résume le personnage : femme, 65 ans, pancréatite, tousse, respire fort, dort pas de la nuit, allume la grosse lumière à 2 heures du mat’, papote avec moi comme si j’étais sa copine de mots croisés…(bref, j’en reparlerai plus tard)

Dans mon lit, on m’administre un liquide infâme pour l’estomac, une perf’ de ché-pa-koi, une nouvelle prise de sang, puis tension : 13.6 = excellent.

La jeune et jolie infirmière me demande si j’ai mal, je lui réponds que pas tant que ça.

Tout le monde trouve ça étonnant, je suis coriace disent-ils !

Pis vînt le moment de se diriger vers le bloc, je suis dans une petite pièce juste à côté, sous ma couette, nue avec juste ma chemise de nuit (ouverte dans le dos, la plus glamour tant qu’à faire).

Le brancardier s’occupe de moi, enlève ma bague, coupe mon bracelet de tissu, vérifie ma perf’.

 

L’anesthésite arrive :

– bonsoir !! (grand sourire, décidément c’est Colgate Team ici !) vous allez bien ? alors déjà opérée auparavant ?

– non jamais, première fois, hormis un accouchement il y a un an et demi.

– ok. Pas d’allergies connues ?

– pas que je sache.

– bon, vous avez choisi votre rêve ?

– pardon ? ah pour l’anesthésie ! Montrez moi la médiathèque, j’vous dirai !

– bah on a « Etre riche » qui est pas mal et souvent demandé.

– euh mouais, pas très original. Vous pouvez me transformez en Lady Gaga le temps d’une heure ?

– ok on fait ça (clin d’oeil !)

 

Puis c’est au tour du chirurgien de se présenter.

– bonsoir. Vous êtes prête ?

– bah à vrai dire je ne pensais pas passer la nuit ici et encore moins passer sur le billard ! Pour une appendicite en plus.

– bah d’habitude c’est vers 6 ans, vous n’avez juste que 20 ans de retard, c’est pas bien grave. Non,y’a pas d’âge pour ça, mais c’est vrai qu’une appendicite adulte est plus douloureuse normalement.

– bah franchement ça va, j’ai pas trop mal !

– bah cest super ! il y a une nouvelle façon d’opérer l’appendicite, on ne découpe plus, pas d’agraffes. C’est par coelioscopie, 3 p’tits trous, en bas du ventre, à gauche et dans le nombril et basta ! Pas plus large qu’un drain, un point de suture, fils résorbables.

– ok, bah tant qu’à faire, vous pouvez pompez un peu de gras aussi ? Une p’tite lippo, c’est possible ?

 

Il se marre et s’en va.

Le brancardier revient, pose un drap sur moi, me demande d’enlever les manches de ma chemise de nuit.

Il prépare le brancard sur lequel je vais être opérée et me demande de m’y déplacer.

– Waow, c’est gelé !

– et encore dans la salle de bloc, il fait 3°C !

Il m’y pousse justement, au bloc.

Effectivement ca pince, mais j’ai l’habitude car lorsque je bossais en cuisine les salles étaient également réfrigérées.

C’est tout bleu, propre et ça ne sent pas les produits antiseptiques. Ce que je redoutais le plus.

Toute l’équipe est là, je me sens en pleine scène de Grey’s Anatomy !

– Voilà toute l’équipe, me dit le brancardier.

– l’équipe ou les sadiques ?

Ils se marrent tous, plutôt bon plublic dis donc !

Je leur demande s’ils vont m’opérer en musique, mais apparemment je me crois un peu trop dans Nip & Tuck !

Une jeune femme pose mon bras droit dans un étrier, serre le gauche contre mon corps pour éviter qu’il ne tombe pendant l’anesthésie.

Pis tout va très vite, on pose les électrodes sur ma poitrine, l’anesthésiste arrive et me dit qu’il va me piquer au creux du bras droit.

Et à ce moment là, la jeune femme arrive vers moi avec un masque et me dit :

– c’est pour vous, de l’oxygène en attendant.

Elle approche ça de mon nez et j’ai le temps de sentir comme de l’alcool.

– ah ah, vous m’avez bien eu, c’est pas de l’oxygène ça !!

– bah on a bien le droit de mentir un peu !

– vui, vous a……..vez…………………..rais…………………

 

~ 2 heures plus tard ~

 

J’ai la tête penchée vers la droite, j’aperçois au plafond plein de néons et la salle semble immense. Pourtant j’ai la nette impression que je suis seule. Impossible de vérifier en relevant la tête qui retombe comme une masse sur le matelas. Je suis trop bien !!! J’ai de l’air chaud qui passe sous ma couette, juste une grosse envie de dormir 24 heures d’affilées.

– vous allez bien, pas trop mal ? (c’est la ptite dame qui m’a posé le masque au bloc)

– vui, ca va.

Je crois que cette scène s’est passée 4-5 fois jusqu’à ce que je me réveille complètement. On me ramène dans ma chambre (avec la mémère !)

Une super infirmière vient prendre ma tension et traficoter ma perf’.

Je n’ai pas mal, juste que je suis claquée et prête à dormir.

 

SAUF QUE.

La mémère commence à me taper la discut’, comme quoi elle est déjà venue, qu’elle fait une rechute de pancréatite, qu’elle a du mal à bouger pour se lever du lit (c’est pas moi qui vais l’aider !)

– vous allez bien ? pas trop mal ?

– non, ca va, je suis bien, prête à m’effondrer de fatigue.

– si vous y arrivez ! Avant,avec mon autre camarade de chambre, on est restée 8 jours et on a pas dormi une seule nuit !

Bah tiens, c’est pas avec moi que tu vas faire ça ma vieille !

 

Et alors pendant toute la nuit j’ai eu le droit à :

– pfff, j’ai mal…j’ai chaud….j’ai le nez sec…..des croûtes dans le nez…j’ai soif…envie de faire pipi….mais j’peux pas me lever….rhhho j’ai mal à ma sciatique….ahh il est nul ce matelas….mince, mon oreiller est tombé….faut que j’appelle l’infirmière….

Et HOP, grosse lumière dans la tronche, la mémère ne se demande même pas si je dormais ou pas.

Pis à 3 heures les infirmières reviennent prendre notre tension, puis la température dans les oreilles…vérifier les perf’….

Je profite qu’elles soient là pour leur dire que j’ai envie d’aller aux toilettes.

– vui ! je vais vous chercher le bassin !

 – ?#*£= ????? Le QUOI ?

– vous n’avez pas le droit de vous lever, faut faire dans le bassin !

 

Et là elle me ramène ça, le même :

 

Je ne sais pas quelle tronche j’ai pu faire à la vue de ce machin en plastique, mais ça m’a coupé nette l’envie.

Et v’la pas la mémère qui me dit :

– vous genez pas pour moi, surtout soyez à l’aise !

– bah je sais même pas comment l’utiliser !

– bah vous restez allonger dans votre lit, posez vos fesses sur la face plate et faites pipi, c’est tout.

C’est TOUT ??? Elle est dingo elle !! T’as pas plus compliqué non ??? J’ai pas pris de forfait ici moi hein, j’y connais rien !

 

Bah vous savez quoi, on est plus à ça près : j’essaye.

Mais non, pas moyen, trop la honte, j’imagine déjà le pipi qui goutte dans le bordel en faisant du bruit. Pire ! Que je vais repeindre ma couette et mes draps !

J’abandonne et me résouds à m’endormir la vessie pleine.

 

Heureusement, à 5 heures du mat’, la mémère a une envie pressante et n’arrive pas à sortir du lit. Une infirmière l’aide à aller jusqu’aux toilettes (parce qu’elle a le droit elle !) et moi ni une ni deux, zou ! je fous le « bassin » sous mes fesses et fais mes p’tites affaires. Autant en profiter d’être un peu « seule ». Et je m’en sors bien en plus !

A entendre les multiples « plouf, plaf, plof » de la mémère, j’avais vraiment aucune gêne à avoir de juste faire un p’tit pipi !

 

Ah les joies de l’hôpital, si j’avais su !

 

Je vais vous épargner de parler des « repas » (bouillon sans sel et biscotte). Pas grand chose à raconter de ce côté là.

 

Au final, je suis sortie dimanche à 13h30, à 14h30 j’étais déjà sous ma couette, « ma mienne ». J’ai passé une super nuit et je me sens reposée, les douleurs ça va, c’est plus que supportable.

Le plus embêtant en tant que « chochotte » est de faire moi-même mes piqûres dans la cuisse contre les phlébites. Mais je n’allais pas faire venir une infirmière à domicile juste pour 2 secondes de soin.

 

Voilà un week end riche en émotions n’est-ce pas ?

J’ai tenté tant bien que mal de vous raconter les moindres détails (vous l’aurez remarqué 🙂 ) comme si je vous avais emmené avec moi.

Comme quoi même hors de chez moi je pense à vous 😉

 

Publicités

16 réflexions sur “05 NOVEMBRE 2010…épisode 2

  1. Excellent l’equipe colgate team !!! trop souriante et blagueuse!!! tu as du adoré!!!
    Et merci pour ce moment de fou rire..alors que tu es passée sur le billard!
    Et alors ça va bien? 3 ti trous epicetout?
    Et les retrouvailles avec ta fifille adorée?
    Gros bisous et soigne toi bien !

  2. rooo ben la, je reste sans voix!!!!!!…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  3. Oh lala ! J’ai trop mal au ventre tellement j’ai rit !
    Ma pauvre ça ne devait quand même pas être le top !
    Je sens bien que tu aurais aimé y rester une nuit de plus, surtout avec ta « gentille » colocataire ! lol
    Bon, repose toi bien !
    C’est cool que tu penses à nous, même dans ces moments là ! Je t’imagine entrain de réfléchir à ce que tu vas nous raconter pendant que tu attendais et que tu parlais au personnel soignant ! Je pense qu’ils se souviendrons de toi !
    Et as-tu eut ta lipo ?! lol
    Gros bisous !

  4. OUF!!! Te voilà saine et sauve!! T bien courageuse dis donc!!! Et Zoé devait être heureuse de revoir sa Maman sans parler de Vincent!!!! Pffffuuuuu quelle émotion!!!! Génial ton récit!!! Bisous

  5. Je me revois quand j’ai eu l’appendicite par Celio aussi. Tu verras les cicatrices sont discrêtes. J’espère que tu vas vite t’en remettre. Et quelle coloc de chambre !

  6. Quelle aventure !
    L’anesthésie, le bassin, les piqûres, c’est marrant ça me rappelle mon accouchement, tiens. Euh en fait c’est tous les mauvais côtés de mon accouchement (je suis venue pour une infection urinaire, et ils m’ont fait une césarienne… trop sympa). Par contre tu as eu le pompon avec ta coloc!
    Remets-toi bien, et bon courage pour les piqûres…

  7. j’avoue que j’ai ri toute seule devant mon pc en lisant tes mésaventures !!! (surtout la scène du pipi dans le lit) !!!!!
    rétablis toi bien
    gros bisous de moi et Manon

  8. et ben ma pauvre gwendo, que de mésaventrures !!!

    l’appendicite et en 2 jours chez toi!!! t’es surhumaine,t’as mal, moi non plus jamais d’opérations a ce jour!!

    vive la colgate team qui rient a toutes tes blagues!!! mais la mamie, elle se tait, non mais aucun respect poru les ptites jeunes!!

    allez rétablis toi bien bisous

  9. Et ben je ne fais jamais de commentaires sur ton blog mais là je ne peux pas m’en empêcher. Étant infirmière j’ai bien rigolé en te lisant et surtout, ce que tu racontes reflète vraiment la réalité. Bizz

  10. Pingback: J’AIME GEORGES BRASSENS ! «

Laisser un petit mot doux :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s